Élections fédérales: Quelle est la position de Résistance Helvétique vis à vis de l’UDC ?

L’UDC apparaît depuis ces vingts dernières années et sa « blochérisation » comme le parti souverainiste suisse de droite anti-immigrationiste. De nombreux sympathisants ou lecteurs de notre page se sont donc légitimement posés plusieurs questions quant à nos liens avec ce parti. Nous allons tâchés d’y répondre le plus clairement possible.

1) Qu’est ce qui différencie RH et l’UDC ?

A) Résistance Helvétique est tout d’abord un mouvement nationaliste révolutionnaire. La démocratie directe comme appliquée aujourd’hui en Suisse par les lobbys et les partis est pour RH une mauvaise farce hypocrite au service exclusif de l’économie.

Le système demande son avis au peuple pour mieux l’ignorer (initiative du 9 février qui ne sera jamais appliqué, renvoi des étrangers criminels idem, etc…) et évacue les personnalités fortes pour les remplacer par des fonctionnaires insipides (Blocher remplacé perfidement par Widmer-schlumpf).

RH ne croit pas à ce système et cherche à le changer alors que l’UDC l’applaudit tout en étant victime.

B) L’UDC s’est opposé à une vraie solution à l’immigration en appelant à voter NON à ECOPOP.

L’UDC a justifié cette décision en expliquant que le vote du 9 février allait réguler l’immigration et qu’ECOPOP devenait donc inutile.

Rien de plus faux. L’initiative du 9 février déclare que les quotas d’immigrés devront être fixé PAR L’ECONOMIE et non pas par le gouvernement suisse. Le même milieu économique qui encourage l’immigration pour profiter d’une main d’oeuvre étrangère bon marché.

ECOPOP proposait une immigration de 10’000 à 15’000 immigrés par année (augmentation de la population de 0,2% par année). L’UDC a donc saboté une résolution chiffrée de l’immigration en s’opposant à l’initiative ECOPOP.

C) Le comité central de l’UDC est anti-social et ne s’intéresse pas aux questions écologiques.

Ne vous inquiétez pas. RH n’est pas un parti socialiste bis sur les questions économiques. Nous nous opposons résolument au marxisme encore bien présent chez les partis de gauche suisses et rejetons totalement la théorie de la lutte des classes.

RH n’est pas pour autant libéral et demande un État ayant un certain contrôle sur l’économie afin d’empêcher la finance internationale et une partie du haut patronat irresponsable de prendre la Suisse et les suisses pour des vaches à lait.

RH a une politique sociale et défend des positions innovatrices sur le logement, la politique familiale ou encore l’AVS.

Nous n’oublions pas que l’UDC est économiquement libéral et qu’elle s’est opposée à l’initiative Minder contre les rémunérations abusives. Initiative qui visait à empêcher les comités de direction d’entreprise de se verser des milliards de bonus lorsqu’ils ammènent leur société à la faillite (exemple de l’UBS en 2008).

Nous n’oublions pas non plus que l’UDC s’est aussi opposé à l’initiative sur l’or qui cherchait à rapatrier nos réserves d’or en parti stockés aux USA ou à Londres.

EN RÉSUMÉ : Non nous ne sommes pas UDC et ne sommes pas sur la même longeure d’ondes que ce parti sur de nombreux autres sujets. Ces différences ne nous empêchent pas de collaborer ou de soutenir ce parti lorsque nous sommes sur la même ligne comme par exemple sur l’opposition à l’UE ou le respect de la famille. Nous ne sommes pas des UDC primaires et apprécions certaines personnalités et militants de ce parti.

2) Notre position pour les élections fédérales.

Nous soutenons dans les cantons de Vaud et de Berne les listes des Démocrates Suisses DS. Nous nous sentons représenté par ce parti social, national et radical qui, bien que n’ayant pas les mêmes moyens financiers et médiatiques que l’UDC, lutte depuis 50 ans pour notre pays.

De plus, l’UDC Vaud est une section « molle » constituée de nombreux arrivistes s’entre-déchirant depuis maintenant deux mois sur des broutilles…

Dans le reste des cantons romands, ou les DS ne sont pas présents, nous appelons nos membres et sympathisants à voter ou faire voter intelligemment UDC (ou une autre liste de droite souverainiste) à ces élections.

Pourquoi ? Car l’UDC est le seul parti gouvernemental s’opposant farouchement à l’entrée de la Suisse dans des organismes mondialistes tels que l’UE et faisant preuve de positions patriotes ou traditionnelles sur de nombreuses questions sociétales (opposition à la drogue, au mariage gay, etc…)

Nous encourageons nos lecteurs à ne pas voter « en bloc » pour les listes UDC mais de s’interresser aux idées et à la personnalité de chaque candidat de ce parti afin de choisir les candidats les plus courageux et capables, comme par exemple l’avocat Jean-Luc Addor en Valais ou le jeune journaliste Joseph Navratil à Genève, pour siéger à Berne.

Résistance Helvétique est et restera un mouvement nationaliste indépendant possédant sa propre doctrine. Ce qui ne nous rend pas fermé à collaborer avec tous les hommes et femmes de bonnes volontés partageant nos valeurs sur les axes vitaux pour la souveraineté et la survie de notre patrie.

Articles similaires :