Initiative Monnaie Pleine, une chance unique que nous nous devons de saisir !

« Les banquiers sont tous des voleurs » « Ma banque profite de moi » « Les prêts irréalistes accordés par les banques commerciales sont la cause des bulles immobilières ».
Qui n’a jamais entendu ou prononcé l’une de ces phrases ? Qui ne s’est jamais senti impuissant face à un système bancaire hors d’atteinte, et incompréhensible pour les profanes ? N’avons-nous pas tous rêvé au moins une fois de pouvoir reprendre le contrôle, et d’empêcher ainsi la prolifération des crises financières ?

Et bien réjouissons-nous, car nous nous voyons offrir une occasion sans précédent de régler cette situation suicidaire ! En effet, l’initiative Monnaie Pleine demande à ce que la monnaie scripturale ne puisse être produite que par la BNS. Cette forme d’argent dématérialisé représente une importante majorité des transactions par rapport à la monnaie papier, dont rappelons le, la production a été confiée exclusivement à la BNS en 1891 déjà. C’est donc un juste retour à la normale que d’inscrire le texte de cette initiative dans la constitution.

Nous n’allons pas nous étendre sur les arguments des initiants et des opposants, car ils sont déjà exposés de manière très claire et concise sur le site http://www.initiative-monnaie-pleine.ch. Mais alors, de quoi allons-nous parler ? Commençons par un très court résumé de la situation actuelle.
Un principe de base pour une monnaie viable, est sa stabilité temporelle. Les fluctuations positives et négatives de sa valeur, qu’elles soient artificielles ou non, sont dangereuses et destructrices sur le long terme. Un problème de taille se pose aujourd’hui : depuis l’abolition de l’étalon-or (et de la couverture-or interdite par l’adhésion au FMI, précision intéressante) la monnaie papier n’a plus de contre-valeur physique intemporelle. Pour faire simple, si l’état décide d’augmenter la masse monétaire disponible, il peut créer de la monnaie de singe (ne représentant aucune richesse matérielle réelle) tant qu’il le juge nécessaire, provoquant ainsi une perte de sa valeur.

Ce système comporte ces avantages et ses inconvénients. Il permet aux pays ne disposant pas de réserve d’or ou d’autre métaux précieux, seuls matériaux dont la valeur ne se détériore pas avec le temps, de pouvoir quand même disposer d’une économie forte, mais d’un autre côté, si cette production de papier n’est pas strictement encadrée et règlementée, elle provoque un déséquilibre massif du système financier d’un pays.

Preuve est faite avec les crises financières que le monde connaît à un rythme accru ces dernières décennies. Elles sont le résultat de prêts spéculatifs. C’est-à-dire qu’une banque A prête de l’argent fictif à une organisation B dans l’espoir d’en retirer un profit conséquent. Si ce profit ne survient pas à temps, le système s’effondre car l’argent n’a jamais existé ailleurs que dans les lignes de codes du programme informatique de la banque. Afin d’éviter ça, nous sommes donc contraints de produire toujours plus d’argent, et ce à un rythme exponentiel. Pour plus de détails, nous vous encourageons à lire l’excellent ouvrage d’Eustace Mullins, Les secrets de la réserve fédérale (Le Retour aux Sources). Cette question de la croissance a également été traitée dans un de nos anciens articles, que nous vous encourageons à lire pour vous faire une meilleure idée de la situation : https://resistance-helvetique.org/…/piege-de-croissance-in…/

Vous comprenez maintenant pourquoi les choix proposés habituellement par nos politiciens ne concernent que la façon dont le système doit continuer à fonctionner, et pourquoi son existence elle-même n’est jamais remise en question ? Cette possibilité d’augmenter la masse monétaire d’un simple claquement de doigt est vitale pour que ce système puisse survivre.

Par conséquent, ces ‘’choix’’ ne sont des questions biaisées, car ils ne nous laissent ‘’libres’’ qu’uniquement au sein d’un cadre bien défini. Mais aujourd’hui, nous sommes pour la première fois devant la possibilité de changer réellement la politique monétaire de notre pays.

Sortons donc un instant de ce cadre de réflexion dicté par le monde économique, le système capitaliste et le rapport que nous avons avec l’argent de nos jours. Cela est nécessaire pour émettre un avis objectif et réaliste sur l’avenir financier de notre pays.

Le culte que notre société voue à l’argent est responsable de la perte de nos valeurs, de la corruption omniprésente, et de la plupart des bouleversements géostratégiques décidés par les grandes puissances militaires. De ces actions découlent la quasi-totalité de nos problèmes quotidiens. Dès lors, et afin de rendre à long terme à l’argent sa fonction originale qui est de permettre le troc sous une forme plus simple et pragmatique, ne pensez-vous pas que le premier pas est d’empêcher sa production au gré des envies et des intérêts d’organisme privés à but lucratif (les banques commerciales) ?

Le changement apporté par cette initiative n’est pas une finalité en soi, mais il en induira indubitablement d’autres, plus ou moins profonds, jusqu’à ce que le souverain de ce pays ne soit plus le prisonnier de l’usure et de la dette. Le système actuel corrompt les esprits et brise les corps. Il n’est bénéfique que pour une très petite frange de la population, et calamiteux pour le reste de nos concitoyens.

Avez-vous déjà vu une révolution se déroulant sans heurts ? Il serait utopique de penser que tout se passera en douceur et sans conséquences. Chacun devra sacrifier quelque peu de son confort personnel, mais plus nous attendrons et plus le prix à payer sera important.

Lorsque le moment sera venu, lorsque vous remplirez votre bulletin de vote, ne cédez pas aux sirènes du défaitisme. Les milieux financiers et politiques promettent un désastre sans précédent, comme si la situation actuelle représentait la quintessence de l’économie. Rien que de voir autant de magouilleurs, de corrompus et de mercantiles combattre à corps perdu ce changement qui n’est qu’un juste retour à la normale devrait vous mettre la puce à l’oreille. Ce qui est mauvais pour ceux qui profitent ne peut être que bon pour ceux qui subissent.

En effet, tandis que les effets à courts termes seront peut-être négatifs mais peu importants, ceux à long terme seront au contraire heureux, et auront un impact considérable pour toutes les classes de la société. Plutôt de lutter les uns contre les autres, rappelons-nous que nous avons un avenir commun, et rassemblons nos forces pour combattre les véritables défis que nous devons désormais affronter. Notre pays a une chance unique de se révéler le leader mondial de ce changement de mentalité, aucun autre peuple n’est assez libre actuellement pour oser espérer prendre une telle décision. Il est de notre devoir de ne pas manquer cette occasion !

Pensez au monde dans lequel vous espérez vivre le reste de votre vie, que vous espérez laisser à vos descendants. Soyez visionnaires et votez OUI à l’initiative Monnaie Pleine !

RH63

(Source de l’image https://desiebenthal.blogspot.ch)

Articles similaires :

  • 8.5 millions, et après ?8.5 millions, et après ? 8'500'000. C’est n’est pas tout à fait la fortune de Céline Amaudruz, mais quand même un peu plus que le nombre de neurones d’un cerveau […]
  • Suisse : La natalité baisse encore.Suisse : La natalité baisse encore. Cette nouvelle réjouira sans doute les cosmopolites de notre pays, fussent-ils de droite : "La suisse a besoin de forces vives, mais il […]
  • Suisse et Famille : comment relancer la natalitéSuisse et Famille : comment relancer la natalité Notre peuple se meurt peu à peu. C'est un fait sinistre qui s’observe par le biais des études sur la démographie. En effet, pour que le […]