Propos sur la mort de Simone Veil en Suisse: Big Brother is watching you !

«Chacun est responsable de modérer les affirmations tenues par des tiers sur ses comptes des réseaux sociaux, estime Sébastien Fanti, avocat et préposé cantonal à la protection des données. Et si on veut aller jusqu’au bout, il faut aussi poursuivre ceux qui les aiment ou les partagent.»

Vous pensiez que les réseaux sociaux étaient des havres de liberté d’expression où vous pouviez dire tout haut ce que vous pensez tout bas ? Que vous y seriez libre de débattre de n’importe quel sujet comme si vous étiez dans un salon de thé entre amis ? Eh bien que nenni ! Si vous sortez la tête des rangs on vous la coupera. Jadis c’était au premier degré, mais aujourd’hui on peut y rajouter la dimension virtuelle.

En conséquence, nous appelons nos lecteurs à une extrême vigilance lorsqu’ils tiennent à exprimer une opinion. Que ce soit sur nos publications ou celles d’autres pages/personnes.

VOUS N’ÊTES PAS LIBRE DE DIRE CE QUE VOUS VOULEZ, rappelez-vous en bien et n’oubliez pas que les dénonciateurs sont plus nombreux que vous ne le pensez.

Pour plus d’informations :

RH31 / RH45

Articles similaires :