Descente de police chez le Collectif Jean Dealer

On se rappelle qu’à la fin du mois de septembre passé, le dénommé « Collectif Jean Dutoit » avait emmené sa troupe formée d’une centaine de clandestins africains pour occuper un bâtiment de plus de 3700 m2 au Mont-sur-Lausanne. En moins de trois ans d’existence, c’est la sixième fois que ce groupe anonyme organisait une occupation de locaux. En toute illégalité, évidemment. Et en toute impunité, bien sûr.

Ce lundi après-midi, la police cantonale a effectué une opération de grande envergure sur cette zone de non-droit. Personne ne sera surpris d’apprendre que 2,5 kilos de cocaïne, ainsi qu’une faramineuse somme d’argent, y ont été saisis. Déjà au mois de mai, une opération policière menée sur l’ancien repère du Collectif avait permis la saisie de 6 kilos de cocaïne. On ne change pas si facilement de métier.

Ce qui peut être plus surprenant est que, suivant le communiqué de la police cantonale, « ces opérations ne visaient pas à évacuer le bâtiment ». Un seul individu a été interpellé, tandis que « les autres occupants ont été identifiés et ont pu rester dans la halle au terme des perquisitions à 17h30 ». Ainsi, un seul criminel a été arrêté, sur une centaine de clandestins. De même, aucun membre de ce collectif n’a été inquiété. Pour ceux qui ne seraient pas familiarisés avec le droit civil, la notion de « collectif » est un moyen habile, utilisé pour ne pas se constituer en association, c’est-à-dire d’éviter de se donner des statuts et de nommer des responsables. C’est ce qu’il faut quand on veut rester dans l’anonymat … et dans l’illégalité.

Ce qu’il faut à ce collectif de trafiquants, ce n’est pas un toit, mais quatre murs! Avec une porte fermée de l’extérieur! Quant aux clandestins, dealers ou non, expulsion immédiate !

RH56

Source

Articles similaires :