France : si la justice est incohérente, on utilise la force !

Certains de nos lecteurs ont peut-être suivit cette affaire qui se situe à Garges-lès-Gonesse dans le Val d’Oise et qui oppose le propriétaire d’un pavillon à des squatteurs Roms, protégés par une loi incongrue et aidés dans leur entreprise par un gauchiste compatissant.

Ce genre d’évènement est hélas monnaie courante en France où toute trace de bon sens commun dans l’interprétation des lois semble avoir disparu. En règle générale, c’est Mr ou Mme Dupont qui en fait les frais et il n’a d’autre choix que d’entreprendre une procédure judiciaire souvent très couteuse et chronophage, tout en espérant qu’il reste encore des meubles et que tout ne soit pas détruit lorsqu’il récupérera son bien.

Or, dans ce cas précis, il s’avère que le propriétaire du bâtiment s’appelle Youcef. Et dans la France de 2018, c’est un atout considérable quand on n’a pas la justice pour nous aider. Car, en dépit de ce que vous racontera tout bien-pensant, lorsque l’état est absent, c’est la communauté qui prend le relais.

Alors certes, nous peuples européens primordiaux avons perdus cette faculté à cause de l’individualisme gangrenant nos sociétés, mais dans le cas des allogènes c’est une toute autre histoire. La famille et le clan ont encore une place très importante chez eux et ils sont prêts à faire couler le sang si le besoin s’en fait sentir.

Tout cela doit nous faire ouvrir les yeux sur l’aspect suivant : Lorsque l’état est incompétent car paralysé par la bureaucratie, la loi clanique reprend le dessus. Et si nous, Suisses de souche, ne suivons pas ce schéma, alors nous serons laissés à la merci de personnes plus organisées lorsque la protection des forces gouvernementales s’évanouira.

RH31

Articles similaires :