Programme politique
de Résistance Helvétique

resistance-helvetique-programme-politique

Organisation de l’État:

1) Dissolution des partis politiques. Les parlementaires sont élus par le peuple pour leurs opinions propres plutôt que pour leur appartenance à un groupe.

2) Interdiction aux élus politiques de faire partie d’un conseil d’administration d’entreprise.

3) Interdiction de la publicité électorale. Des débats publics avec même temps de parole pour tous les candidats sont mis en place lors des élections communales, cantonales ainsi que lors des votations populaires.

4) Les parlements cantonaux choisissent le président de leur Conseil d’État. Celui-ci désigne ses ministres et applique au mieux les décisions du Grand Conseil.

5) L’assemblée nationale est remplacée par une diète composée d’un représentant de chaque canton. Ses représentants sont choisis par les parlements cantonaux.

6) Création d’une assemblée des corporations réunissant des représentants de tous les milieux sociaux et économiques de la société suisse afin de conseiller la diète.

7) La diète désigne un président comme chef de l’exécutif suisse pour une période donnée. Le président choisit ses ministres et applique au mieux les décisions de la diète.

8) L’État respecte et applique les résultats des votations populaires sans chercher à les modifier.

Politique migratoire et nationalité:

9) Mise en place de quotas restreints fixés par l’État. Priorité absolue à l’immigration européenne.

10) Restriction du droit d’asile aux pays limitrophes.

11) Retour des requérants d’asile dans leur pays d’origine sitôt la situation pacifiée.

12) Prise en charge des requérants dans des centres étatiques communautarisés.

13) Renvoi systématique des clandestins sans possibilité de régulariser leur situation.

14) Abolition de la double nationalité.

15) Octroi de la nationalité par le sang ou le mariage. Des exceptions peuvent être délivrées par le gouvernement cantonal.

Économie et social:

16) Remplacement des impôts sur les bénéfices et les revenus par une taxe de 0.2% sur toutes les transactions électroniques.

17) Nationalisation des entreprises d’importance vitale pour la Nation: CFF, Poste, Swisscom, armement et santé publique.

18) Nationalisation totale de la BNS et monopole de celle-ci pour la production monétaire scripturale et fiduciaire.
Tous les bénéfices de la BNS sont reversés à la Confédération et aux cantons.

19) Indexation des salaires à l’inflation des prix.

20) Restriction de l’importation des biens productibles en Suisse.

21) Préférence nationale à l’emploi et au logement.

22) Introduire une réduction de la durée journalière de travail de 8 à 6 heures pour les femmes ayant un enfant âgé entre 0 et 6 ans, avec maintien du salaire, garanti à hauteur de 80% par l’employeur et de 20% par l’assurance maternité.

23) Construction par les cantons de logements sociaux pour que les suisses dans le besoin aient accès à la propriété. Les familles bénéficiaires remboursent aux cantons uniquement le prix de revient de leur logement sans payer d’intérêt supplémentaire. Les mensualités n’excédent pas 1/5 des revenus du ménage et s’interrompent en cas de perte d’emploi de l’emprunteur sans remise en cause du titre de propriété.

Justice:

24) Abolition des limitations juridiques entravant la liberté de recherche et d’expression.

25) Rétablissement de l’internement à vie. 

26) Interdiction de la publicité commerciale dans le domaine public.

Santé:

27) Mise en place d’une caisse unique étatisée dont les primes sont calculées en fonction du revenu des assurés.

28) Abolition de l’euthanasie et de l’avortement. Délibération par un juge cantonal pour les cas particuliers.

Écologie, médias et société:

29) Interdiction de l’importation de nourriture issue d’abattage rituel. Interdiction de la vivisection

30) Obligation aux médias d’afficher leur orientation politique et arrêt de leurs subventions étatiques.

31) Création d’une académie suisse afin de valoriser et préserver les langues et les cultures cantonales suisses.

Politique Internationale:

32) Retrait de la Suisse du Conseil de l’Europe et prédominance du droit suisse sur le droit international.

33) Promotion d’une confédération européenne ayant pour but une autarcie industrielle et alimentaire d’envergure continentale.