Générations endormies.

Toute une génération à l’esprit conditionné par la télévision, les discours de soixanthuitards décrépis, le système scolaire gauchisé, l’économie de marché mondialiste.

Dans ce chaos sans-frontière, les identités suisses et européenes ont perdu leur place. Elles sont devenues obsolètes, ringardes et gênantes pour l’édification du nouvel empire mondial de l’argent-roi.

Une grande portion de la jeunesse a préféré laisser les histoires de grand-papa derrière lui, de sa Suisse paisible et humble afin de profiter des innombrables plaisirs de ce nouveau monde qui s’offrent à nous, si extravagant, mais également si superficiel. Jouir des avantages d’un monde mourant en fermant hypocritement les yeux sur ses stigmates.

C’est certain, l’Europe est entrée dans un profond sommeil. La ténacité, l’esprit de sacrifice, la Foi, la transcendance personnelle et la fidélité qui ont fait sa grandeur se sont éteins, mais les braises survivent toujours. Et nous, nationalistes de Suisse et d’ailleurs, En sommes les gardiens, en attendant le grand Réveil.

Articles similaires :

  • La nonchalance bourgeoise, ou l’ennemi intérieur.La nonchalance bourgeoise, ou l’ennemi intérieur. L'esprit bourgeois se caractérise par un amorphisme pathologique, un rejet instinctif de tout changement, de toute idée révolutionnaire. […]
  • Vivre une vie digneVivre une vie digne Il n'est pas toujours facile, de nos jours, de s'affirmer comme nationaliste et d'assumer ses convictions. Peur de perdre son emploi, […]
  • L’art de déformer les mots.L’art de déformer les mots. Le français est une langue magnifique. Claire, sans ambages, elle permet à tout un chacun de converser, critiquer, débattre en utilisant […]