Amateurisme journalistique: nos adversaires toujours plus paranoïaques.

En manque d’inspiration, madame Sophie Roselli, journaliste à la tribune de gauche, a décidé d’écrire un article sur la mystérieuse et dangereuse nébuleuse « d’extrême-droite ».

Comme tous ses collègues avant elle, Sophie a décidé de contacter uniquement les militants d’extrême-gauche (auto-baptisé « spécialiste du milieu » pour l’occasion) et les sites d’anarchistes violents pour rédiger son article.

Résultat sans surprise: le dossier est finalement vide de faits mais rempli de fantasmes.

On atteint le sommet du ridicule avec Johanne Gurfinkiel, président de la CICAD (lobby israélien), qui tente de justifier les allocations touchées par son association en créant de toutes pièces des camps d’entraînement Résistance Helvétique où nous nous préparions à la guerre ! Pire: les militants vaudois et valaisans de notre mouvement posséderaient une « capacité de violence réelle » !

Aucun de nos membres n’a jamais été condamné pour des faits de violence et nous ne possédons, pour le moment, aucun camp d’été d’aucune sorte. Résistance Helvétique est un mouvement pacifique n’ayant jamais fait de mal à personne contrairement à Tsahal qui est admiré par la CICAD malgré ces nombreuses atteintes aux droits de l’homme.

Le fait qu’une journalistes publie de telles accusations sans nous laisser de droit de réponse nous prouve que Sophie Roselli fait un travail de militant politique et non pas de journaliste.

On peut d’ailleurs se poser la question de savoir si cette dame soutient la violence lorsqu’elle vient des rangs de la gauche. En effet, l’annulation d’une conférence d’Alain Soral en 2016 est présentée dans l’article comme la conséquence d’une formidable mobilisation populaire. Deux cliques sur internet permettent de constater qu’elle a en réalité été due aux menaces de morts des propriétaires d’un site cité comme source d’informations par Sophie Roselli…

Nous souhaitons une fois de plus décevoir nos groupies mondialistes en répétant que nous sommes et resterons pacifiques. Nous savons très bien que le fait que nous soyons des jeunes militants politiques sans histoire et non pas des skinheads au casier judiciaire chargé vous ennuie. Vos mensonges ne tiennent pas face à la réalité et les gens que nous rencontrons le constatent. Notre page est suivie par plus de 8000 personnes et nous possédons 2 sections actives.

Ce n’est qu’une question de temps avant que nous trouvions les cadres motivés à créer une section à Genève et dans le reste de la Romandie.

Le chien aboie, la caravane passe.

Source: « Pourquoi la mouvance extrémiste de droite vivote » – tdg.ch
https://mobile2.tdg.ch/articles/597b997eab5c3717e7000001

Articles similaires :